arts


P=mg . 2003

Photos | In situ

Le pixel est l'unité de base de l'imagerie numérique. Il possède son système de reconnaissance propre et fonctionne par couleurs (RVB). Nous partons de ces trois petits carrés de couleur. Leur mise en volume donne un cube. La compréhension des matières et leur appréhension dépendent du niveau de connaissances du visiteur et de son schéma cognitif. Un seul de nos sens entre en jeu : la vue. L'écran est une matière non palpable. Pas de goût, pas d'odeur. Les œuvres d'art numériques évoluent en fonction de l'action possible du visiteur sur l'oeuvre elle-même. Christophe Luxereau rappelle que chaque texture possède un "poids sonore" qui fait que l'on reconnaît la matière au son qu'elle produit. Il propose donc à chacun de jouer avec ses images comme d'un instrument de musique. Autour du cube physique, au sol, sont disposés des capteurs / pèse-personne. En montant dessus, le visiteur déclenche un son dont la densité varie en fonction de son poids sur une échelle graduée (morphing de la courbe de densité) et aussi de la photo qu'il regarde.

Photos
1. Eau - 2. Laine - 3. Métal - 4. Plastique - 5. Lumière - 6. Ombre - 7. Le pixel - 8. La neige électronique

Christophe Luxereau est représenté par la galerie Vanessa Quang.
Christophe Luxereau : P=mg
Christophe Luxereau : p=mg
Christophe Luxereau : P=mg
Christophe Luxereau : P=mg
Christophe Luxereau : P=mg
Christophe Luxereau : P=mg
Christophe Luxereau : P=mg
Christophe Luxereau : p=mg